L'Arsenal

Présentation

La revue L'Arsenal a pour objet de publier à l'écart de l'édition universitaire des œuvres littéraires contemporaines inédites.

Pourquoi diffuser encore une fois la littérature d'aujourd'hui ? Elle ne manque à l'évidence ni d'avocats, ni d'auxiliaires dévoués, ni d'appuis sérieux. Lesquels, au contraire, à la mesure de la cause qu'ils servent, sont devenus innombrables. Pourtant, la foule des œuvres grandit en même temps que l'indifférence qu'on leur témoigne. Les meilleures sèves littéraires se dissolvent dans l'océan des signes, des opinions, des sous-titres, des lois, des récits, des verdicts, des thèses, des dépêches, des discours. La littérature ne souffre pas de son isolement du monde mais de son intégration dans la modernité qui la traite d'égale à égale, amoureuse de sa propre étreinte, au risque de la faire taire tout à fait.

Pareil état incite aux entreprises circonspectes. Celle-ci en est une. Elle vise une renaissance par le vide, sans contraintes d'urgences ni de moyens, admettant que les grandes choses naissent parfois à l'écart. Qu'on entende par arsenal le fait d'être à la fois à l'abri du trouble et en réserve de troubles à venir. C'est par quelque mélancolique retour à la fortification, par une retraite rêvée vers les redoutes que peut s'opérer l'union de concepts antagonistes, telle que celle du langage et d'un monde vociférant – et pourtant muet.

L'Arsenal choisit de ne publier que des œuvres littéraires, défendant le point de vue que les auteurs sont en général servis au mieux par leurs textes. C'est donc un propos délibéré que d'écarter la critique, pour s'intéresser à la seule matière brute. Un regard vers le passé nous semble nécessaire à cette défense des avant-postes. C'est la fonction qu'assumera la publication de textes classiques inédits ou inaccessibles, où seront montrés les lignes de continuité jusqu'à nos jours, et les héritages.

L'Arsenal est une revue indépendante, dont la ligne éditoriale ne dépend que de ses fondateurs. « Les religions, les États, le capitalisme, la science, le droit, l'opinion, la télévision sont des puissances, mais pas la philosophie. » La littérature devrait ne pas en être une non plus — mais se contenter d'être un arsenal, pour demain.

1. Gilles Deleuze, Pourparlers.

L'Arsenal :


Sommaires :


Vous êtes :


Couverture du Numéro 5

 

 

Commander sur Amazon.fr
 

 

Membres du comité de lecture : vous pouvez accéder au site interne de L'Arsenal pour la composition du prochain sommaire.

Valid HTML 4.01 Valid CSS 2
© L'Arsenal 2011 -- Informations légales